Accueil > blog > Autopsie d’un tweet-clash

[blog] Autopsie d’un tweet-clash

mardi 16 mars 2010

Je rentrais tranquillou de mon week-end sympa, entre une manif réussie et des élections qui ont claqué bien fort chez qui il fallait, bref, de bonne humeur. Et dans la masse des alertes que j’ai programmé sur le net, il en est deux qui font tilt dans ma tête, deux twitts auxquels je m’empresse de répondre, sur un ton que j’estime plutôt léger :

jmplanche : Honte d’être motard cette après midi ... C’est quoi cette meute d’abrutis manipulés qui bouchent tout ? http://twitpic.com/18cezj

ydikoi : @jmplanche merci pour l’abruti, et pour le manipulateur … on peut ne pas savoir / être d’accord, sans pour autant insulter les autres non ?

Et l’autre, d’une veine sensiblement identique :

ccuq : bienvenue dans un monde où la #ffmc se croit la représentante de tous les motards. Dans ces cas là je laisse l’Africa à la maison

ydikoi : @ccuq heureusement non, la #ffmc ne prétend pas représenter *tous* les motards

Et soudainement, en deux ou trois réponses, les deux conversations sont parties en vrac, sur la base de lieux-communs et idées pré-conçues : pour l’un, il ne peut avoir mal compris ce qu’on lui disait, et rien ne change, ni les hommes, ni les structures ; pour l’autre, qui traite les motards manifestants "d’abrutis et de manipulés", il est tout étonné que je lui suggère de s’informer plutôt que me reprocher de ne pas savoir pourquoi on manifestait.

Me voilà finalement traité de politicard, et la FFMC avec, avec des certitudes "effrayantes".

Premier constat :

Plus de 15 ans après le départ de l’internet "grand public", il en va de twitter comme d’IRC, et les forums, à l’époque : c’est un nid à trolls. Même quand on s’appelle Jean Michel Planche, et qu’on a été un des pionniers de l’internet.

Deuxième constat :

Même des personnes (a priori) intelligentes, qui connaissent par cœur ces mécanismes là, (re)tombent dedans et oublient d’agiter les neurones avant d’appuyer sur la touche entrée. Peut être encore plus avec twitter qu’avec IRC ou les forums, qui consacre encore plus l’instantanéité au dépends de la réflexion et de la pertinence.

Troisième constat :

Ca m’a énervé, grave.
Ca m’a énervé de voir qu’un mec comme Planche, certes controversé dans ses prises de positions, mais malgré tout au dessus de la moyenne en terme de réflexion, pouvait être aussi bloqué sur un sujet sur lequel, apparemment, il a déjà une opinion.
Et ça m’a encore plus énervé de voir que je m’énervais pour ça. Une fois de plus, je suis tombé dans le panneau, croyant qu’avec un type “intelligent” il serait possible d’avoir une discussion sérieuse, peut être pas de nature à le faire changer d’avis, mais en tout cas à lui faire comprendre que, pour différentes qu’elles soient, nos positions n’en étaient pas moins entendables. Naïveté quand tu nous tiens.

Quatrième constat :

tweet-clash.pdf

L’un comme l’autre (je ne connais pas le deuxième) ne pouvait pas savoir pourquoi je me permettais ces remarques, ni que je parlais en totale connaissance de cause, et de maîtrise, de ce sujet ; ce qui n’a pas dû les aider à accepter une remise en cause de leur opinions respectives. A leur décharge.

Et pour ceux qui voudraient les revivres, les conversations sont disponibles ici : avec JM Planche et avec ccuq (attention, il faut commencer en bas), ou alors en regardant le fichier ci-dessous, où j’ai remis les deux conversations côté à côte.

Mais, purée, ce qu’ils m’ont énervé, tous les deux !

Vos commentaires

  • Le 22/03/10, Bashô En réponse à : Autopsie d’un tweet-clash

    Je ne sais pas si je dois le dire mais en tant que jeune automobiliste, j’ai tendance à me méfier des motards : se faufilant partout et avec fracas...

  • Le 24/03/10, ydikoi En réponse à : Autopsie d’un tweet-clash

    Pourquoi ne pas le dire ? Au contraire, je ne vois rien de gênant là dedans. Même plus, je trouve ça positif de se méfier, ce que nous faisons tous à longueur de route, par rapport à notre environnement. Se méfier = faire attention.

    Par contre, ce qui est regrettable, c’est qu’en tant que jeune permis, personne ne vous ait enseigné la circulation entre les files. Parce que se méfier, mais en sachant comment ça fonctionne, ça permet d’éviter les peurs primaires :)

  • Le 24/03/10, Bashô En réponse à : Autopsie d’un tweet-clash

    "Personne ne vous ait enseigné la circulation entre les files." J’ignorais même qu’on pouvait l’expliquer aux apprentis automobilistes. En fait, j’avais toujours eu l’impression que les motards surgissaient d’où ils voulaient, se faufiler n’importe où du moment qu’ils pouvaient passer. Et à chaque fois, je me laissais surprendre. Autrement dit, j’ignorais que la circulation entre les files avait ses règles, excepté la survie bien sûr ;)

  • Le 24/03/10, ydikoi En réponse à : Autopsie d’un tweet-clash

    Justement, on ne peut pas l’enseigner, puisque c’est une pratique "culturelle" mais qui n’existe pas dans le code de la route.

    Par contre, elle a bien ses règles, et il faut pouvoir, aussi, les enseigner aux motards / scootards

  • Le 29/03/10, JM Planche En réponse à : Autopsie d’un tweet-clash

    Bon, cher "jeune" ami ... qui me mettez en cause avec un amalgame au moins égal au miens. Je voudrais juste rappeler quelques faits.
    1/ je suis motard depuis maintenant ... 30 ans, sur à priori tout genre de moto. Du TY80, à l’Electra en passant par de la CR250/CRF450, jusqu’à mon YZF 750 réservée au circuit et préparée comme il se doit (moteur de superbike).
    2/ si je ne suis pas d’accord avec la masse et parfois pour des choses bien plus graves que celles que vous décriez, je ne vais pas me permettre d’en appeler à une manifestation au rapport signal / bruit (sans jeu de mot) aussi étonnant que celle à laquelle j’ai assisté.
    3/ avant la manifestation, il y a TOUJOURS des moyens de faire entendre raison. C’est avec la grève, l’aveux d’un échec qui n’est pas toujours de la responsabilité de l’autre
    4/ Manifester un samedi après midi, en plein paris. Bloquer tout comme cela est réellement irresponsable, mais surtout ... vous faites quoi dans l’escalade si vous voyez que cela n’avance pas ? Il y a peut être d’autres actions que de prendre en otage pendant plusieurs heures des gens qui n’y sont pour rien et surtout ... pour éviter de donner une IMAGE AUSSI DESAGREABLE DES MOTARDS.
    5/ oui, je me suis renseigné après car j’ai trouvé cela grotesque ... et à la vue des imbéciles que j’ai vu dans la manifestation (burn ...), je pense avoir fait ma part du travail. Maintenant pas de Zemourade svp ... je ne dis pas que TOUS les motards sont des imbéciles manipulés, mais en l’occurrence, je serais assez curieux de savoir si la plupart savaient réellement pourquoi ils étaient là et si oui, si ils avaient gardés un esprit ouvert et critique sur le sujet.
    6/ votre émoi n’est rien par rapport à celui qui a été provoqué un samedi après midi où cela aurait pu très mal finir. Ces manifestations de pseudo force sont aussi pueriles que celles qui consistent pour la plupart à fermer les yeux sur des choses bien plus graves ... je n’ai pas vu descendre grand monde dans les rues pour defendre le Tibet, le Rwanda ou ... un Internet ouvert et neutre que l’on est en train d’assassiner joyeusement.
    7/ maintenant ... keep cool ... et faites avancer le sujet. Mais faites le sérieusement et sans émotion excessive qui ne peut qu’amener à des positions bloquées. Si la situation n’avance pas, comme je l’ai dis, c’est peut être que les méthodes employées n’étaient pas les bonnes. La FFMC a bien travaillé sur de nombreux sujets dans le passé et elle a une responsabilité importante qu’il est dommage de voir saccager par des actions inappropriées à ce stade. Le jour où le combat sera juste et utile, je serais le premier à descendre dans la rue. C’est mon avis et je le partage.
    Bonsoir.

  • Le 29/03/10, ydikoi En réponse à : Autopsie d’un tweet-clash

    On ne va pas reconstruire le troll ici, non ?

    Je vous ai (après la publication de ce billet, et après que vous ayez indiqué avoir "fait [votre] part du travail") proposé de prendre un café pour répondre à toutes vos questions sur le sujet. Ca tient toujours, et vous avez mes coordonnées pour me joindre quand vous aurez le temps.

  • Le 29/03/10, JM Planche En réponse à : Autopsie d’un tweet-clash

    Non, inutile mais comme je suis mentionné nommément, j’estime qu’un droit de réponse est nécessaire pour éviter de laisser des traces incomplètes. Je tiens à ma (e)-réputation.

  • Le 29/03/10, ydikoi En réponse à : Autopsie d’un tweet-clash

    Du peu de vous connaître, je vous comprends. Ô combien.

  • Le 20/04/10, Guillaume En réponse à : Autopsie d’un tweet-clash

    Bonjour à tous,

    Je ne réagirai pas sur la discussion avec les deux protagonistes, l’un d’eux a d’ailleurs réagi ici.

    Je voudrais apporter mon point de vue sur un point, cher Ydikoi, que tu n’as pas développé et qui, pourtant, me semble essentiel dans les réactions que tu as pu décrire : la méfiance vis à vis des organisations.

    Elle ressort à trois endroits (au moins) et sont conformes à ce qu’on peut lire concernant les syndicats, les partis politiques, les associations revendicatives, les groupes informels mobilisateurs, ... Bref, tout ce qui va, à un moment, intervenir dans notre quotidien pour le déranger de son train-train (Sans nier la réelle capacité de nuisance que ces collectifs peuvent engendrer) :

    Et soudainement, en deux ou trois réponses, les deux conversations sont parties en vrac, sur la base de lieux-communs et idées pré-conçues : pour l’un, il ne peut avoir mal compris ce qu’on lui disait, et rien ne change, ni les hommes, ni les structures ; pour l’autre, qui traite les motards manifestants "d’abrutis et de manipulés", il est tout étonné que je lui suggère de s’informer plutôt que me reprocher de ne pas savoir pourquoi on manifestait.

    Les participants à ces mobilisations sont toujours des abrutis et des manipulés car, bien entendu, si ils étaient intelligents et au fait, ils ne manifesteraient pas, ils préfèreraient utiliser d’autres moyens plus consensuels et propres pour s’exprimer (Lesquels d’ailleurs ? Personne n’a jamais trouvé...)

    Me voilà finalement traité de politicard, et la FFMC avec, avec des certitudes "effrayantes".
    Et ça m’a encore plus énervé de voir que je m’énervais pour ça. Une fois de plus, je suis tombé dans le panneau, croyant qu’avec un type “intelligent” il serait possible d’avoir une discussion sérieuse, peut être pas de nature à le faire changer d’avis, mais en tout cas à lui faire comprendre que, pour différentes qu’elles soient, nos positions n’en étaient pas moins entendables. Naïveté quand tu nous tiens.

    Forcément, les initiateurs de telles mobilisations sont des politicards manipulateurs des masses. On est passé à côté des "vendus" ou "carriéristes", car forcément, quand on est dans ce type de mouvement, on prône la révolution permanente. Et on est proche de Thibault ou Besancenot.
    Ydikoi, il va falloir arrêter de penser que l’intelligence permet la tolérance et la discussion. Des gens très intelligents sont de vrais cons, et des gens plus simples sont plus ouverts. Ne pratiquons pas l’élitisme intellectuel...

    3/ avant la manifestation, il y a TOUJOURS des moyens de faire entendre raison. C’est avec la grève, l’aveux d’un échec qui n’est pas toujours de la responsabilité de l’autre

    Argh ! L’argument massue des anti grèves et autres mouvements mobilisateurs... Il est évident que les initiateurs aiment la grève ou la manif. Quand on voit le boulot et le stress que cela génère, seuls ceux qui n’en ont jamais organisé peuvent le penser.
    Mais il a raison : la grève ou la manif, c’est l’échec d’une discussion. Mais c’est surtout l’échec d’un échange permettant une sortie acceptable par la négociation.

    Ton billet est intéressant, car il montre, le fallait il, que les poncifs ont de beaux jours devant eux et que l’intelligence n’est pas universelle, mais culturelle.

    Ydikoi, cela fait quoi de se retrouver dans la peau d’un militant syndical pris à partie ?

  • Le 20/04/10, ydikoi En réponse à : Autopsie d’un tweet-clash

    il va falloir arrêter de penser que l’intelligence permet la tolérance et la discussion. Des gens très intelligents sont de vrais cons, et des gens plus simples sont plus ouverts. Ne pratiquons pas l’élitisme intellectuel...

    Ce n’est pas de l’élitisme intellectuel, mais de l’ouverture (vs. l’étroitesse) d’esprit. Qui est une forme d’intelligence. Et même des gens brillants ne l’ont pas, nous sommes d’accord :)

    la grève ou la manif, c’est l’échec d’une discussion. Mais c’est surtout l’échec d’un échange permettant une sortie acceptable par la négociation.

    Une négociation se fait toujours à deux (minimum). Or l’échec n’est toujours envisagé que venant de l’organisation, jamais de l’autre partie. Ici comme ailleurs ;-)

  • Le 20/04/10, Guillaume En réponse à : Autopsie d’un tweet-clash

    Quand tu dis

    Une négociation se fait toujours à deux (minimum). Or l’échec n’est toujours envisagé que venant de l’organisation, jamais de l’autre partie. Ici comme ailleurs.

    tu me fais penser que je n’ai pas été clair. Tu as raison d’ailleurs. Mais je voulais simplement dire que pour la négociation, même si la FFMC l’apprend depuis peu, le Ministère n’a toujours pas ouvert son livre à la page du sommaire !! Les arguments techniques sont légions, clairs, responsables et tout et tout, et pourtant, on reste sur un schéma fermé côté administration. Sans argument d’ailleurs...

    Donc, on ne peut pas sortir d’une négociation avec un "bon accord" si l’une des parties n’a pas voulu s’asseoir à la table.

    Dont act, et donc manif !

blog | photo | web | Suivre la vie du site RSS 2.0