Accueil > blog > En cercle, et en silence

[blog] En cercle, et en silence

lundi 22 juin 2009

J’ai entendu parler des cercles de silence pour la première fois sur le blog de samantdi, et j’ai tout de suite été séduit par la diversité des organisateurs : moines franciscains au début, rejoints ensuite par des associations de tout bord (d’Emmaüs à Attac en passant par RESF ou la LDH). J’ai aimé l’idée de ce rassemblement de tous poils, confessions ou opinions politiques.

Et l’idée même de se retrouver, en silence, dans un grand cercle autour d’une loupiotte, une forme originale de manifestation, le cri de silence des citoyens autour d’une idée commune : nous ne pouvons pas traiter, en France, en 2009, des hommes, des femmes, des enfants, d’une telle manière, fussent-ils étrangers, et sans papiers (Pour ceux qui ne suivent pas, mais alors, vraiment pas, vous pouvez toujours consulter le blog de Maître Eolas).

Alors je m’étais dit que j’irais voir, à Paris, ce que ça donne. C’est place du Palais Royal, devant le Conseil d’Etat, le troisième de vendredi de chaque mois, de 18h30 à 19h30.

J’arrive un peu en retard, vers 18h45, le cercle est déjà formé, il occupe une bonne partie de la place. Pas forcément très visible depuis le Louvre, il y a beaucoup de personnes en retrait, ça donne l’impression d’un grand attroupement.

Et puis je me rapproche, traverse la rue de Rivoli, et là on voit le vide. Juste au milieu, la même lumière que sur la place du Capitole à Toulouse, une petite lanterne, toute bête, au centre.

Je fais le tour, beaucoup de quinquagénaires et plus, et de femmes. Un seul garçon, tout jeune, il restera là jusqu’à la fin.

Il y a beaucoup de passage sur cette place, beaucoup d’étrangers, curieux, ils prennent des photos, parfois un tract. Des parisiens, ou provinciaux, qui s’arrêtent, et parfois, rejoignent le cercle, pour quelques minutes. Chacun fait un pas en arrière, pour laisser un peu de place.

Le plus impressionnant reste le silence. Ce n’est pas un vrai silence, trop de voitures, klaxons, sur la rue de Rivoli. Mais autour du cercle, personne ne parle, et ceux qui passent parlent presque à voix basse. Les rares moments sans voiture, c’est un vrai silence, d’une seconde ou deux.

19h30, un des organisateurs rejoint le centre, et éteint la lanterne. Le cercle est rompu, tout le monde se rejoint au centre, et se disperse lentement.

Je ne me suis pas intégré au cercle, je suis resté quelques mètres en arrière. Un moyen de mieux observer, et aussi encore une indécision : on ne voit pas la même diversité que celle que j’avais imaginé dans les posts de Samantdi. Peut être la prochaine fois, le 17 juillet normalement.

Cercles de silence à Paris

Portfolio

blog | photo | web | Suivre la vie du site RSS 2.0