Accueil > blog > Lettre à mon frère

[blog] Lettre à mon frère

vendredi 30 novembre 2012

J’ai appris incidemment ce soir que tu avais participé à la manifestation du 17 novembre dernier, et je veux te dire toute la peine que cela me fait.

Je sais, dans ton esprit, il n’y avait rien de personnel : tu as manifesté contre le mariage des homosexuels et ses conséquences. Mais tu le sais, je suis homosexuel : je fais donc partie "des homosexuels". C’est de moi dont on parle, aussi.

Tu as manifesté pour dire que la famille que je formerai, un jour, ne sera jamais une famille ;
Tu as manifesté pour dire que par essence, mon couple ne pourrait pas être stable ;
Tu as manifesté pour dire que ma famille n’était qu’une question de protection matérielle ;
Tu as manifesté pour dire que ma famille serait une menace pour la société ;`
Tu as manifesté pour dire que mon engagement de fidélité, de soutien, d’assistance, de communauté de vie n’aurait jamais la même valeur aux yeux de la société, à tes yeux, que celui que tu as pu faire il y a 25 ans ;
Tu as manifesté pour dire que j’étais égoiste à demander à l’Etat de qu’il m’accorde les droits et les devoirs d’un père, que je répondais à une pulsion, comme si tu ne savais pas que cela fait vingt ans que j’attends cela et que je réfléchis au père que je pourrais être ;
Tu as manifesté pour dire que ma famille serait dangereuse pour mon enfant ;
Tu as manifesté pour dire que je mentirais à mes enfants, moi qui ai le mensonge en horreur ;
Tu as manifesté pour dire que je serais incapable d’éduquer correctement un enfant, pour dire que je ne pourrais pas lui transmettre mes valeurs, nos valeurs ;
Tu as manifesté pour dire que ça serait largement suffisant pour moi d’aller demander à un tribunal qu’il reconnaisse mon autorité sur mon enfant, celui que j’élèverais avec l’homme que j’aime ; t’imagines-tu un instant aller quémander à un juge qu’il reconnaisse la tienne, d’autorité ?
Tu as manifesté contre les familles homosexuelles, tu as manifesté contre moi.

Je suis celui qui aimerait fonder une famille, avec ou sans enfants ;
Je suis celui qui voudrait construire une famille d’une vie, stable, belle ;
Je suis celui qui aimerait qu’on lui dise que sa famille est aussi belle que la tienne ;
Je suis celui qui aimerait qu’on reconnaisse enfin, que ma famille peut être aussi chargée de valeurs que la tienne ;
Je suis celui à qui tu as dit : “si tu veux être une famille, demande à un juge”.

Je pleure et je suis triste, parce qu’en allant battre le pavé, tu n’as jamais pensé “c’est de mon frère dont on parle”.

Je me sens humilié, rabaissé, moins que rien, parce qu’en allant manifester, tu as dit que finalement tu acceptais que j’aime quelqu’un, mais que jamais que tu ne me considérerais comme toi, comme vous, comme une famille.
Je pleure parce que si toi, si vous avez bien fait attention à ne scander aucun insulte directe, vous n’avez fait que ça : me dire que mon Amour était impur, dangereux, indigne.
Je pleure, parce que je croyais que tu me connaissais mieux que ça.

Il y a six mois, tu m’avais dit que tu voulais qu’on arrête d’accuser d’homophobie de manière systématique tous ceux qui sont contre le mariage pour les couples homos. Tu vois, je ne t’en ai pas parlé. Je n’ai pas parlé du lien avec la zoophilie, l’inceste, la pédophilie (Mgr Barbarin, Christine Boutin), parlé de supercherie (Mgr André23), ni fait de parallèle avec le terrorisme (député Dhuicq). Je n’ai pas parlé non plus de cette diatribe abjecte, dégueulasse du Point.

Non, il ne s’agit pas d’homophobie, il s’agit de toi, et de moi. Rien que nous deux.

Je t’aime, tu le sais. Ta famille, c’est un peu ma deuxième famille, tes enfants sont un peu les miens. Ma tristesse n’en est que plus grande. J’ai envie de crier ma colère et ma douleur, quelque chose s’est brisé dans mon cœur.

Y.

Vos commentaires

  • Le 30/11/12, Orpheus En réponse à : Lettre à mon frère

    Sincères condoléance.

  • Le 30/11/12, Eric En réponse à : Lettre à mon frère

    Nouvelle illustration, si besoin en était, que l’on est jamais bien trahi que par les siens…

  • Le 30/11/12, ydikoi En réponse à : Lettre à mon frère

    @Orpheus : condoléances ? pas encore, personne n’est mort ;) Mais merci

    @Eric : et que long est le chemin …

  • Le 30/11/12, Paumé En réponse à : Lettre à mon frère

    Change de famille !

  • Le 01/12/12, orpheus En réponse à : Lettre à mon frère

    Ydikoi : Condoléances pour les illusions que tu pouvais avoir

  • Le 01/12/12, ydikoi En réponse à : Lettre à mon frère

    Oh, je n’en avais pas vraiment, je me doutais que des membres de ma famille y sont allé, je les connais un peu à force ;)
    Mais j’en ai eu confirmation, et je ne l’attendais pas de lui, surtout lui en fait.

  • Le 01/12/12, Rouge-cerise En réponse à : Lettre à mon frère

    Je crois que définitivement, les hétéros ne se rendent pas compte que "les homosexuels", ce sont des hommes et des femmes, parfois leurs proches. "Les homosexuels" restent ces clichés qu’ils imaginent, et ils ne réalisent jamais qu’au travers d’un prof, d’un médecin, d’un animateur, ils ont confié leur propre enfant à une femme ou un homme homosexuel. Et qu’à ce moment là, ils étaient bien capable de faire la différence entre ce qui se passe dans un lit et le reste.

  • Le 01/12/12, Marge En réponse à : Lettre à mon frère

    @ydikoi : Décidément, ils ne te méritent pas ! Comme ça reste ta famille, j’espère que tu arriveras encore à faire preuve de magnanimité face à l’égoïsme, la lâcheté et la facilité que leur offre l’agression comme exutoire à leur vacuité et à leur propre inadaptation sociale.

    @Rouge-cerise : puisqu’on est dans la magnanimité, je vais supposer que ton raccourci qui met tous les hétéros dans le même sac n’était dû qu’à l’émotion et à la rapidité d’une réponse où tu n’avais pas eu le loisir de peser tes mots...

  • Le 02/12/12, Rouge-cerise En réponse à : Lettre à mon frère

    Marge >> Si je remplace "Je crois que définitivement, les hétéros ne se rendent pas compte" par "Je crois que définitivement, ces hétéros ne se rendent pas compte" ou mieux "Je crois que définitivement, les hétéros qui manifestent ne se rendent pas compte", ça va mieux ? Mon raccourci en était un, en effet. Puisqu’on reste dans la magnanimité, je présume que votre raccourci qui met toute la famille d’Ydikoi ("Comme ça reste ta famille,") dans le même sac n’était dû qu’à l’émotion et à la rapidité d’une réponse où vous n’aviez pas eu le loisir de peser vos mots... ;-)

  • Le 02/12/12, Rouquette En réponse à : Lettre à mon frère

    On croit se connaître bien, puisque de longue date, puisque du même sang... mais on ne se connait pas. Les liens du sang sont parfois bien lâches... Dans les 2 sens du terme... Même s’ils sont solides, ils se serrent et se desserrent, et même l’actualité les met à mal. C’est moche. Tristement humain. Bon courage.

  • Le 02/12/12, Marge En réponse à : Lettre à mon frère

    @Rouge-cerise : Jolie réponse, bien vue :-)

blog | photo | web | Suivre la vie du site RSS 2.0