Accueil > blog > Suisse, ou bien ?

[blog] Suisse, ou bien ?

vendredi 14 août 2009

Une semaine en Suisse, c’était une première hors Jura et en été. L’assurance de beaux paysages, la peur de me faire (un peu) chier. Mais je n’ai pas été déçu.

Je les rejoins aux Diablerêts, un paysage de carte postale. Il fait grand beau, les couleurs sont saturées, les petits chalets aux fenêtres fleuries, le drapeau suisse présent partout : Heidi existe !!!

Plus de motos que de voitures, et la question se pose aussi pour les vélos. Col après cols, ils sont là à pédaler, lentement, en sueur. Décidément c’est un sport que je ne comprends pas.

Beaucoup de motos donc, des allemands, des italiens, suisses bien sûr, autrichiens, et français aussi. De toute sorte, mais beaucoup de harley quand même. Quelques arsouilles, mais finalement assez peu. Il est suprenant de voir que le respect du plus fragile, là bas, fonctionne. Une culture différente, un respect de l’autre plus fort, sans doute. Et une volonté politique, aussi.

Et beaucoup d’anciens. On ne croise finalement que peu de jeunes aux sommets de cols, aux terrasses ensoleillées. Certains très anciens, même, avec une moto correspondant, tel ce papy venu déguster sa saucisse en haut du stelvio avec une Moto Guzzi qui devait avoir le même âge que lui. Tous les chromes rutilants, pièces d’origines, même la petite sacoche en cuir en guise de top case, et démarrant au premier coup de kick. Superbe.

Les cols justement, une vraie suprise. Une vraie diversité que je ne soupçonnais pas, pas un ne ressemble à l’autre, par son approche, par sa montée, sa végétation, les paysages. Mais dans tous les cas, des routes magnifiques (si tant est qu’on ait eu le temps de regarder le paysage …), très bien entretenues, qui vont du virolo à enrouler tout souple à l’épingle à cheveux très techniques. Le tout avec plein de chicanes mobiles voitures qui mettent un peu de piment ;-)

Mais décidement le plus impressionant aura été le col du Stelvio, entre Italie et Suisse, qui culmine à 2700 mètres. Ca devait commencer un peu comme ça :

 

mais finalement ça s’est plus passé comme ça :

 

sauf que nous, on avait pas toute cette place pour prendre les épingles à cheveux, trop de voitures et de cyclistes. Et ça nous a bien aidé à mettre une belle trempe à ces deux petites japonaises, qui ne s’attendaient pas à tant de la part d’une teutonne aussi obèse ;-)

 

Col du Stelvio

Il faut dire que ce col est une tentation à lui tout seul. Pour notre dernier jour de route pure, on avait décidé de le faire plutôt à la cool. Mais quand on a vu les deux phares nous coller au cul dans le premier virage, à la même seconde, Beee sur sa 1200 GS et moi avons eu le même réflexe : pour une fois que nous avions de quoi arsouiller un peu, il était hors de question qu’ils passent, surtout sur ce col à 2700m.

Col de l’Albula

Ce n’est pas le plus beau des cols, mais le plus impressionant assurément, avec son dénivellé et ses épingles à cheveux. J’ai préféré l’Albula, même s’il tourne moins, mais assurément le plus diversifié, le plus vert, le plus … romantique.

Et puis entre les cols, il y a les vallées bien sûr, toutes différentes bien sûr. Mais la plus extraordinaire aura sans doute été celle de Curon Venata, à la frontière suisso-italo-autrichienne, une vallée transformée en barrage dans les années 50 (un projet initialement lancé par l’Italie Fasciste), engloutissant au passage un village du XIVe siècle.

Et puis les Suisses … les alémaniques qui visiblement prennent un malin plaisir à ne comprendre que leur dialecte ; les francophones qui tapent sur les alémaniques ; mais au final des gens sympathiques, qui nous ont fait passer une dernière soirée, dans un chalet surplombant la vallée de Gruyère, à déguster une raclette au vacherin fribourgeois … miam !

Le reste de photos, comme d’hab, sur flickr … et la toute fin qui interviendra dans une semaine, après mon retour de la bretagne bretonisante.

blog | photo | web | Suivre la vie du site RSS 2.0