Accueil > blog > la chape de plomb

[blog] la chape de plomb

vendredi 12 juin 2009

Je ne me doutais pas que cela irait aussi vite.

Hier après midi, je retrouve sur mon téléphone un message d’EllediKoi, une voix terne, triste « salut Ydikoi, c’est moi … enfin … voilà, je voulais parler avec toi de tout ça … Je t’embrasse ». Je réécoute le message pour être sûr, mais elle ne dit pas à quoi ce tout ça se rapporte … forcément de Tudikoi.

Je l’ai rappelée dans la soirée. Je la dérange un peu, elle est occupée, elle aurait aimé, je le sais, pouvoir parler tranquillement, ça sera plus bref. Elle est d’une tristesse infinie, comme si un membre de la famille venait de mourir, ne comprenant pas que Tudikoi n’ait pas fait ce qu’il fallait pour sauver son mariage « Tu sais, je suis une femme … je peux te dire … s’il avait vraiment voulu, il aurait fait ce qu’il fallait … ». Je n’ose pas demander plus d’explications, je n’aime pas m’étendre sur ma méconnaissance totale des mécanismes de fonctionnement féminins.

Mais c’est clair pour elle, au delà de toutes les raisons qui ont mené à ce naufrage, le mariage aurait pu être sauvé, il aurait du le sauver. J’essaye de montrer les choses de manières positives, que Tudikoi semble déjà beaucoup évoluer, et qu’il pourra peut être grâce à tout ça, être enfin bien dans ses baskets et dans sa vie une fois cette épisode passé. Elle dit d’accord, mais sa voix dit le contraire : une tristesse infinie, profonde, dramatique.

Ce matin, c’est MamanDikoi qui m’invite à déjeuner. Je crois que c’est la première fois de ma vie que je l’entends dire « Non, ça ne va pas, pas très bien » d’une voix lasse. Je sais la raison bien sûr, mais forcément je dois demander pourquoi : « Eh bien, tu le sais, Tudikoi t’a téléphoné … voilà, c’est suffisant »

Je le sens bien, depuis le temps que je travaille avec le docteur Krollspell, une grande partie de la réflexion que j’ai depuis quelques mois tourne autour de cette idée que beaucoup des idées, des conceptions que je peux avoir ne sont que des constructions personnelles, déformant la réalité passée par un filtre inconnu - que je découvrirais, ou pas.

Je savais, au fil des discussions avec Tudikoi, que le passage serait délicat pour lui : nous n’avons que peu d’écart, notre éducation est donc de la même époque, j’ai entendu les mêmes discours lénifiant sur le divorce, nous avons des filtres en commun. Mais au fur & à mesure de ses discussions familiales, qu’il me faisait passer ce message que « on peut tout leur dire, ils écoutent, les parents », une partie de moi avait envie de croire à une évolution possible.

J’avais encore quelques réticences bien sûr : le divorce n’est que (si on peut dire) l’acheminement d’un processus fait à deux personnes, en aucun cas une représentation de ce qu’est intrinsèquement aucune des deux parties prenantes. Alors que dans mon cas, il s’agit bien de qui je suis, ce qui (pour partie) me défini.

Ainsi, la vision que pourrait avoir ma famille de mon homosexualité, sans être forcément très positive, préjugés obligent, ne serait pas aussi terrible que ce que je crains. Et, petit à petit, je me fais à l’idée, à l’envie presque, de mettre les choses à plat, et casser des années de cloisonnage pour tout mettre à jour.

En deux coup de fil, j’ai eu tout d’un coup l’impression que l’ouverture qui commençait à se faire dans le toit, montrant le début d’une éclaircie radieuse, vient de se refermer brutalement, et le toit de s’affaisser, tel une chappe de plomb.

Vos commentaires

  • Le 12/06/09, ydikoi En réponse à : la chape de plomb

    — modéré —

  • Le 12/06/09, Guillaume En réponse à : la chape de plomb

    Euh... 2 choses... La première, c’est "courage !"... Pour la situation décrite et surtout, sur les conséquences qu’elles auront pour toi, sur tes filtres (Je suis étonné que tu ne les découvres que maintenant ! Ou alors, tu les niais ?). Et je suis là, quand tu veux pour en parler (Même si... mais pourtant ce n’est pas qu’une invitation de politesse...)

    La deuxième est que je pense que le premier commentaire de walkmindz ne devrait pas être là... Enfin, je crois...

    ++

  • Le 12/06/09, France En réponse à : la chape de plomb

    C’est parce que tu n’utilises pas la bonne métaphore... le toit, qui s’écroule en plus, c’est trop définitif. Ton docteur Krospell te conseillerait plutôt celle de la porte qui s’entrouvre. Elle se referme, mais elle se réouvrira peut-être.

    walkmindz, je crois que c’est un squatteur de blog... Je l’ai déjà vu ailleurs. Un coucou. Pas glop.

  • Le 13/06/09, ydikoi En réponse à : la chape de plomb

    @france : tu reconnais un “squatteur de blog” toi maintenant ? waow, branchouille ;-)

    @guillaume : merci :)

  • Le 13/06/09, France En réponse à : la chape de plomb

    Heu... c’est pas comme ça qu’on dit ?
    Si je veux vraiment avoir l’air branché, faut que j’utilise le bon mot. :-D

blog | photo | web | Suivre la vie du site RSS 2.0