Accueil > blog > le #mariagepourtous, la grenouille et le scorpion

[blog] le #mariagepourtous, la grenouille et le scorpion

lundi 1er avril 2013

Frigide Barjot, représentant es-qualité le collectif des antis, vient donc de prendre la parole lors du congrès de l’UOIF, et d’appeler ceux-ci à les rejoindre.

Petit retour en arrière.

Depuis la mi-novembre, le collectif des antis comprend, parmi toutes les associations paravent d’Alliance Vita et de l’église catholique, deux associations qui servent d’alibi à un positionnement multi-confessionnel : David & Eugena “juif, athée, spiritualiste et humaniste” dont on ne connait rien, et Fils de France, “club de réflexion” représentant des musulmans.

Fils de France ”revendique sa proximité auprès des souverainistes, où le patriotisme, le protectionnisme ou encore le refus de l’immigration sont valorisés (source)”, et est notamment soutenu, directement ou non, par Robert Ménard ou Alain Soral (ibid).

Mais surtout, le président de Fils de France Camel Bechikh revendique ouvertement son appartenance à l’UOIF (ibid). L’Union Islamique des Organisations Islamiques de France est “considérée souvent comme étant proche de l’idéologie des Frères musulmans et est parfois accusée par certains de soutenir des positions extrémistes” (source mais surtout : L’Express : La face cachée de l’UOIF). Nicolas Sarkozy avait notamment été sifflé et chahuté au congrès de l’UOIF lorsqu’il avait rappelé que la loi française oblige les femmes à être photographiées tête nue sur les papiers d’identité.

L’UOIF avait publié en novembre dernier, et de nouveau, sa position sur le #mariagepourtous, où elle dénonçait le risque de légitimation de la zoophilie et de la polyandrie. Comme le rappelle Yagg.com, “notons que c’est bien la polyandrie, le fait d’avoir plusieurs partenaires masculins, et non la polygynie, le fait d’avoir plusieurs partenaires féminines, qui dérange l’organisation”.

Comment donc Frigide Barjot, catholique revendiquée et proche des milieux anti-avortement peut-elle faire alliance et solliciter un mouvement lié, pour beaucoup, aux Frères Musulmans dont l’objectif est “un retour aux préceptes du Coran, impliquant autant un rejet des influences occidentales que des influences soufies qui, elles, préconisent une adaptation du Coran au temps” et dont le mot d’ordre est : “« Allah (Dieu en arabe) est notre objectif. Le prophète Mahomet est notre chef. Le Coran est notre loi. Le djihad -guerre ’juste’, appelé improprement guerre sainte- est notre voie. »” (source)

A vrai dire, sur un plan tactique, elle n’a probablement pas le choix.

Au delà des problématiques de comptage, les manifestations des antis n’ont pour l’instant pas réussi à dépasser leurs cercles de prédilection, et susciter un soulèvement populaire de masse. Peu ou prou, quelle que soit l’échelle retenue, le nombre de participants est sensiblement le même.

Les antis doivent donc élgargir la base de leur action, recruter plus large.
Béatrice Bourges, avec son printemps français, essaye de recruter parmi les plus ultras, mais sa stratégie est mauvaise : ses coups d’éclats, s’ils occupent l’espace médiatique, donnent une piètre image de son mouvement, et la condamnent à une radicalisation sans cesse accrue, qui se retournera contre elle. Elle a d’ailleurs été exclue du collectif des antis (source).

Puisque les antis ont visiblement déjà fait le plein de leurs militants “naturels” dans le milieu catholique, il leur faut donc maintenant trouver un autre vivier. Et donc s’adresser à la deuxième religion en France, l’Islam. Et qui mieux que Fils de France, présents dans le collectif depuis le départ, et sa proximité avec l’UOIF, organisatrice du plus grand rassemblement de musulmans en France pour cela ?

Peu importe la proximité supposée de l’UOIF avec les Frères musulmans et leur “rejet des influences occidentales” et leur volonté d’un “retour aux principes du Coran”, l’important est de voir le projet de loi échouer.

Voilà pour la tactique.

Pour ce qui est de la stratégie, cela me fait penser à cette petite fable d’origine inconnue :

Un scorpion veut traverser une rivière. Il hèle donc une grenouille et lui demande de la porter sur son dos jusqu’à l’autre rive.
 » Tu n’y penses pas ? lui répond vertement la Grenouille. Tu me piquerais !
 » Mais non, répond le scorpion. Pas d’inquiétude : je serai sur ton dos ! Il faudrait que je sois fou pour te piquer, car alors je me noierais et je mourrais aussi.

La Grenouille convaincue accepte de prendre le Scorpion sur son dos. Las ! Au beau milieu de la rivière, le Scorpion pique la Grenouille de son dard empoisonné. Avant de succomber, la malheureuse s’écrie :
 » Mais pourquoi as-tu fait ça ? Nous allons mourir tous les deux, maintenant !
 » Je n’y peux rien, répond le Scorpion. C’est ma nature.

blog | photo | web | Suivre la vie du site RSS 2.0