Accueil > blog > Marche avec moi, ou crève

[blog] Marche avec moi, ou crève

vendredi 28 mars 2014

Refuser de subventionner les associations politisées et ou communautaristes est un acte politique.
(…)

Ce sont celles qui prennent parti dans les élections. Quand la Ligue des droits de l’homme fait un tract pour appeler à voter pour ou contre quelqu’un, c’est une association politisée. Elle n’a qu’à se constituer en parti politique. Les associations peuvent prendre des positions politiques. Mais, à partir du moment où elles demandent des subventions publiques, elles se doivent de respecter un devoir de réserve.

(…)

Les associations doivent être mises au pied du mur, en leur disant qu’elles ne doivent pas intervenir dans le débat politique.

Via : Le Monde.fr : Marine Le Pen détaille au "Monde" sa stratégie de conquête du pouvoir

P.-S.

Toute association, sauf à n’être qu’une association de pur loisir, fait de la politique, en ce sens qu’elle se fonde sur des valeurs, une volonté de s’engager dans la gestion du bien public. Elle est dans la chose publique, avec son engagement, sa vision de la société et ses actions.

Vouloir interdire aux associations de s’impliquer dans la politique, c’est leur retirer, et donc aux citoyens, le droit de s’associer, en tant qu’individus, à la gestion de leur environnement, c’est leur confisquer le pouvoir pour le laisser aux seuls "professionnels". C’est leur confisquer la possibilité de s’engager, de faire bouger les choses, c’est leur confisquer la démocratie.

C’est leur dire : marche avec moi, marche comme moi, ou crève.

Vos commentaires

  • Le 28/03/14, Marco Al Khadouze En réponse à : Marche avec moi, ou crève

    Dénoncer la fermeture d’un théâtre qui déplaît au maire, est-ce un acte citoyen ou un acte politique tel que le comprend le FN ?

    Dénoncer l’absence de menus alternatifs pour les enfants de confession juive ou musulmane au motif que l’école est laïque, est-ce un acte citoyen ou un acte politique tel que le comprend le FN ?

    Quoi que feront les associations, même les plus consensuelles, même les moins virulentes, il se trouvera toujours un motif "politique" à leur opposer dès lors qu’elles déplairont ou qu’un de leurs responsables déplaira au seigneur des lieux. Ceci n’est pas vraiment nouveau, à vrai dire mais le dire aussi clairement, je pense que ça c’est nouveau. Merci JeanMarine de nous confirmer ce à quoi on s’attendait.

  • Le 28/03/14, ydikoi En réponse à : Marche avec moi, ou crève

    c’est ce que je me suis dit en le lisant : leur communication est devenue, sur la forme, si consensuelle, qu’il est désormais difficile de les prendre en défaut. Et c’est la première fois depuis longtemps que je vois une phrase aussi représentative de ce qu’ils sont vraiment.

blog | photo | web | Suivre la vie du site RSS 2.0