Archives juillet 2009

    29 juillet 2009

  • [blog] Florilège

    Assis tranquillement sous le soleil bourguignon, à siroter le café du matin en famille.

    tu sais, je lui ai bien dit : "à moins de vivre avec un taré, un malade mental ou un homosexuel, le divorce n’est pas la solution"

  • Vos commentaires

    • Le 29/07/09, France En réponse à : Florilège

      Aïe...

      Tu crois pas qu’à force, c’est de la provoc ? Pour te faire réagir ?

      Non ?

      Je t’embrasse et je te jure qu’en Bretagne, tu pourras boire ton café tranquille... par contre, je promets rien pour la terrasse, c’est le Finistère, hein ! ;o)

    • Le 29/07/09, France En réponse à : Florilège

      T’as changé un truc sur ton blog ou bien ?

      Tout est en italique, c’est ça ?

    • Le 30/07/09, ydikoi En réponse à : Florilège

      Oh non ça n’est pas de la provoc, ni le genre, ni le moment, trop accaparés par le divorce de Tudikoi.

      Dans un sens, si seulement ;)

      Pour l’italique, merci c’est réparé

    • Le 30/07/09, France En réponse à : Florilège

      Ben oui, valà... je me disais qu’il allait se passer des trucs...

    23 juillet 2009

  • [blog] Mixed message …

    C’est le big brother outre-manche : un anglais et un brésilien qui se font des papouilles dans le bain (uhuh, discret ça)

    http://www.ohlalamag.com/.a/6a00e54...

    puis un petit baiser chaste dans le lit (uhuh, ça aussi c’est discret), et y’a même une video (via ohlalamag).

    Pendant ce temps, chez les ricains, c’est un jeune homo qui n’a plus de nouvelles de son lover, qui aurait été envoyé dans un camp de ré-orientation sexuelle (via gayclic).

    Et puis, autour de mon petit nombril, enfin une discussion dépassionnée avec PapadiKoi et MamanDikoi, et EllediKoi, sur le divorce de TudiKoi, d’où il sortira quand même que l’horreur absolue, c’est quand même Untel qui a quitté sa femme pour un homme, alors qu’il n’était pas du tout comme ça.

    Pendant ce temps là, Canal+ diffusait ses lauréats du court métrage contre l’homophobie. On en a entendu parler sur la chaîne, sur quelques sites (via Da Pingui) mais ailleurs … ? Y’a du boulot, encore.

    J’aime beaucoup FusionMan … non ?

  • Vos commentaires

    • Le 26/07/09, Fab’ En réponse à : Mixed message …

      Perso c’est surtout Pauline qui m’a marqué

    • Le 27/07/09, France En réponse à : Mixed message …

      Ha ben moi, c’est Omar que j’ai préféré.

    17 juillet 2009

  • [blog] 14 juillet en photo

    Comme j’ai pas envie d’écrire ( :-p), on se contentera de quelques photos :

    On a commencé par là :

    La vue est belle impressionante :

    A Marseille plus qu’ailleurs, je préfère la mer à la ville :

    Et puis on est rentré :

    Le lendemain, on a rejoint Brunehilde :

    (hein qu’elles sont belles !)

    Et c’était boooooo :

    Et puis on est rentré, pour un barboc, paske faut pas charrier quand même !

    Merci Fab’

  • Vos commentaires

    • Le 17/07/09, France En réponse à : 14 juillet en photo

      Sympa le WE alors ? La photo des 2 bécanes, c’est marrant mais quand tu déroules l’image en descendant, y a un moment où tu vois les 2 carénages et pas encore les roues et là, ça fait vachement dessin animé japonais et robots futuristes, genre Goldorak... mais elles sont belles quand même, hein ! ;o)

    9 juillet 2009

  • [blog] Réduction par l’image

    Je déteste les étiquettes. Qu’elles soient imposées, ou au contraire revendiquées, elles enferment généralement dans une communauté, focalisent l’attention, empêchent la hauteur de vue et l’ouverture. En plus, quelle étiquette poser ? Doit-on, dois-je me considérer comme aristo, ou motard, ou militant, de droite, pédé, bobo, … Trop d’étiquettes, trop de compartimentages qui oublient une chose : nous ne sommes jamais qu’un patchwork de caractéristiques toutes entremêlées et indissociables.

    Pourtant, en de rares occasions, j’apprécie particulièrement de ressortir une de ces étiquettes, parce qu’elles me permettent - le plus souvent - de mettre les pieds dans le plat, casser les idées préconçues et autres préjugés, tant que faire se peut.

    Ainsi avec TanteDiBien, j’adore la mettre face à ces contradictions quand elle parle de ces satanés motards, j’adôôôre juste lui rappeler d’une voix douceureuse que non seulement j’en fait partie, mais fut un temps où je les représentais au niveau national.

    Ou alors en Corse, lors d’un arrêt sur un col où nous contemplions le paysage (on faisait la pause clope, quoi). Nous entendons deux moteurs bien ronds monter le col, pour voir arriver deux ducatis, une hypermotard et une S4R. Les motards s’arrêtent près de nous, l’archétype du motard hétéro beauf, habillé - et siglé - Ducati de pied en cap, qui nous regardent, et nos motos, japonaises ou teutonnes, d’un air un peu dédaigneux, et, désignant les teutonnes, le menton haut, nous lancent "ah … c’est bien pour se balader, ça".

    Ni une ni deux, Cruchot et moi nous regardons, nous sommes d’accord : on va leur montrer à quoi elles ressemblent, nos balades. Nous nous collons à leur train, celui du S4R en fait, qui coupe ses virages, et refuse de nous laisser passer … mais il ne résiste pas longtemps.

    Je suis dans la roue de Cruchot, qui colle l’hypermotard, et tout d’un coup, ralenti et me fait signe de passer : je voulais qu’il ait le naseau de ta BM dans son rétroviseur, ça lui aura fait encore plus mal. La circulation, et les virages aveugles nous empêchent de le dépasser, il nous faut même faire demi-tour pour rejoindre nos camarades, avec un énorme regret commun : celui de ne pas l’avoir salué pour cette arsouille, et lui avoir dit “Eh, tu sais quoi ? Nous, là, les deux motards qui avons foutu la honte à ton pote, et toi on t’a mis grave la pression … on est un club de tapettes … allez, bonne route quand même

    Je l’aime bien, la bannière que Matoo a sorti de la planche de Kek. Je la mettrais bien sur mon blog, mais il faudrait tout plein d’autres dessins en alternance pour dire tout ce que je suis d’autre. Définitivement, c’est trop réducteur.

    Y’a bien le motard en colère, mais pas le motard tapette, ni le tapette aristo, ni l’aristo de gauche (ou de droite, tout dépend qui le dit), ni tous les autres … Il faudrait que quelqu’un(s) s’y colle(nt), et là je les mets tous, promis !

    (PS : ah, merde … on dirait bien que je me suis fait eu … uuuh)

  • Vos commentaires

    • Le 09/07/09, France En réponse à : Réduction par l’image

      Une seule étiquette pour moi : AMI.

      Love.

    • Le 09/07/09, Marco En réponse à : Réduction par l’image

      Ah bon ? T’es motard, aristo, de gauche, de droite et pédé ? Ben dis donc ! Manquerait plus que tu sois aussi Parigo et là, c’est l’asile assuré. Tu l’as échappé belle, en fait...

    • Le 09/07/09, ydikoi En réponse à : Réduction par l’image

      @France : (kiss)

      @Marco : Hélas, trois fois hélas, non !

      Car tu as oublié BMiste et Applemaniaque ... pas que ça ait un lien, mais tout ça ensemble, définitivement, ça casse tout.

      Et je ne te parle même pas (ni aux autres d’ailleurs |-) ) de tout le reste

    • Le 10/07/09, Guillaume En réponse à : Réduction par l’image

      Mon cher Dikoi d’amour (Ca, c’est mon étiquette pour toi !),

      Si l’étiquette est effectivement un moyen facile pour certains de protéger leurs neuronnes en collant des repères plus ou moins subjectifs sur quelqu’un pour mieux savoir où le mettre (En toute bienséance), elle a quand même le côté pratique pour d’autres de permettre d’utiliser tout de suite les bons canaux de communication pour entrer en contact. Et donc de gagner en confiance et en temps. Je suis désolé, mais en te voyant, on ne va pas vouvoyer l’aristo ou faire la bise à l’homo, car on ne pourrait pas le savoir de prime abord. Par contre, on va probablement te parler moto et probablement sur un ton plutôt décontracté.

      Si on veut qualifier quelqu’un, mieux vaut aller sur des qualifications genre nom commun ou adjectif... Quelques uns pour toi ? Gentil, serviable, passionné, radical, humaniste, buté, dans l’échange, curieux, ...

      Alors, le motard aristo homo et je-ne-sais-quoi-d’-autres, c’est avant tout mon Dikoi d’amouuuuuuuurrrrr...

      Guillaume, hétéro convaincu, malgré ce qu’il laisse entrevoir dans le sobriquet à son pédé préféré ! :)

    8 juillet 2009

  • [blog] Ces gens sont des menteurs

    AUCUN CAS en France un religieux de 78 ans ne serait placé en garde à vue pour avoir transporté dans le coffre de sa voiture les bagages d’une famille qu’il accompagnait… acheter des billets de train …

    COMMENT IMAGINER qu’en France, un citoyen soit arrêté pour avoir hébergé chez lui l’homme dont il était amoureux, et soit pour un soupçon de ces faits attaché à un mur pendant 17 heures ? C’est dangereux, un homo amoureux, mais quand même…

    L’ensemble est chez Me Eolas, bien évidemment.

    Je ne savais pas si je retournerais aux prochains Cercles de Silence, le 17 juillet prochain à 18h00 place du Palais Royal.

    Maintenant je sais. J’y retourne.

  • 7 juillet 2009

  • [blog] Les petits mensonges de la sécurité routière

    Face aux accusations de pompes à fric des radars automatiques, la sécurité routière avait fort à faire pour rendre les contrôles automatiques de feux rouge acceptables. Et il faut dire qu’initialement, le terrain avait bien été préparé :

    • un double système de prise de vue, avec un appareil photo dans le dos du véhicule, pour constater l’effraction ; et un appareil de face, pour constater qu’il n’y avait pas de raison de franchir le feu rouge (laisser passer un véhicule prioritaire, par exemple)
    • un contrôle humain systématique, induit par cette double prise de vue, et l’assurance que seules les infractions motivées seraient effectivement verbalisées
    • une mesure qui se ferait sur la largeur complète du carrefour, évitant ainsi toute contestation possible de la réalité du franchissement de feu.

    Pourtant, les premiers signes de craquellement sont apparus la semaine dernière, quand la sécurité routière a envoyé son dossier de presse aux rédactions, et avec la mise en place du premier radar, à Lyon : le système est très loin d’être aussi juste, et donc incontestable que lors de sa présentation :

    • De deux appareils photos initialement prévus, il n’en reste plus qu’un, qui évidemment ne prend les photos que de dos. Impossible donc de déterminer si le franchissement du feu rouge est dû à une faute, ou au contraire à l’obligation souveraine de laisser passer un véhicule prioritaire.

    Pas d’inquiétude, nous dit-on à la sécurité routière : un formulaire de contestation sera bel et bien présent avec l’avis de contravention. Encore heureux, répondront les Don Quichotte, qui pesteront une fois de plus contre l’obligation de devoir consigner (lire payer, racquer) avant de pouvoir émettre la possibilité qu’ils étaient innocents de la faute dont on les accuse !

    Pas d’inquiétude ? A voir ! Puisque le système ne prend plus qu’une seule photo, de dos, comment l’automobiliste ou motard pourra-t-il prouver qu’une voiture de police, un convoi officiel, une ambulance, se trouvait derrière lui, le forçant ainsi à passer la ligne de feu pour se ranger sur le côté ? Devra-t-il, avant de bouger son véhicule, sortir de l’habitacle, prendre une photo - horodatée, évidemment - de la rue derrière lui pour avoir une preuve matérielle ?

    Pas d’inquiétude pour les motards, quand on sait qu’au feu rouge il faut avoir la première vitesse enclenchée au cas où on voit surgir un véhicule qui aurait oublié de freiner, et ainsi pouvoir dégager du carrefour pour éviter de se faire tamponner ?

    • le contrôle sur la largeur totale du carrefour s’est mué en contrôle sur la ligne de feu. S’il s’agit bien du principe défini dans le code de la route, il reste néanmoins des exceptions qui amènent quelques colères (ah, ces Don Quichottes !) :
    • il arrive … parfois que le feu passe à l’orange au dernier moment, et qu’en une fraction de seconde, sans même réfléchir, on écrase les freins pour s’arrêter, plutôt que passer. On ne contrôle donc plus, à ce moment là, sa distance de freinage de manière précise, et si la ligne de feu est légalement franchie, le véhicule est cependant bien arrêté avant le carrefour, conformément à l’esprit de la loi
    • le système, dans la présentation du dossier de presse comme dans les faits à Lyon, ne prend en compte que la ligne de feu, et présuppose que celle-ci est collée au passage piétons ; mais c’est ignorer que, de plus en plus, dans les grandes villes, des sas pour deux-roues sont mis en place, afin que ceux-ci puissent se retrouver avant les voitures. Le feu est donc légalement brûlé pour eux, puisque l’ensemble du véhicule se retrouve au delà de cette ligne.

    Il est une époque, pas si lointaine, où les policiers étaient chargés de faire respecter, aussi, les feux rouges. Mais puisque l’heure est à faire des économies, y compris chez les policiers qu’on ne recrute plus à hauteur des besoins, ce sont des machines qui feront leur travail. Quitte à mal le faire.

    Qu’importe. Le système installé coûte moins cher à mettre en place que celui qui avait été promis. Autant de gagné.
    Qu’importe. Des emplois seront économisés, et donc de l’argent.
    Qu’importe, on connaît le système de contestation des radars automatiques, on sait qu’il est difficile de prouver son innocence. Toujours autant de gagné.

    Mais à force de continuellement faire passer des vessies pour des lanternes, la sécurité routière, et sa patronne Michèle Merli, risquent bien un jour de se retrouver dans la position du duc de La Rochefoucauld face au Roi.

  • Vos commentaires

    • Le 07/07/09, Rouge-cerise En réponse à : Les petits mensonges de la sécurité routière

      Ce que je ne parviens pas à comprendre, c’est pourquoi le système n’utilise pas la video. Un flash pour prendre un cliché précis et rendre la plaque assurément lisible, et 15 ou 30 secondes de video ensuite pour s’assurer que le véhicule est bien passé (et pas arrêté de justesse) ou n’a pas laissé passer un véhicule prioritaire. Ca pourrait être automatisé de la même manière, et il n’y a plus tellement de source d’abus possible.

    • Le 07/07/09, ydikoi En réponse à : Les petits mensonges de la sécurité routière

      Tu ne peux pas automatiser la reconnaissance de l’infraction : aujourd’hui, dès que la plaque est lue (a priori correctement, mais l’experience a prouvé que la marge d’erreur existe), l’infraction est constatée, et le pv envoyé, sans intervention humaine. La video ne permet pas ça, et oblige l’intervention des policiers de service. Donc le profit est moindre.

      Sans compter que le fond du problème du Contrôle Sanction Automatique (CSA) - le propriétaire du véhicule est considéré par défaut comme coupable, à lui de prouver son innocence - ne change rien avec la video.

    2 juillet 2009

  • [blog] Il suffisait d’un rien

    Il ne me restait plus qu’à changer de téléphone, après avoir signé chez Free. Au lancement de l’iPhone, le 17 décembre 2007, j’avais signé pour deux ans, pour grapiller quelques neuros sur ma facture. Je n’étais donc pas très pressé, puisque j’imaginais que le coût de la résiliation par anticipation serait prohibitif. Mais en attendant, rien n’empêchait de regarder ailleurs.

    Ailleurs, ça a été tout de suite Bouygues. Je reste avec une très mauvaise expérience (commerciale) de SFR, alors que je suis très content de ma ligne pro Bouygues : tarif raisonnable, bonne qualité de réception (quand eux ne passent pas, orange ne passe pas non plus). Bref, chez eux l’iphone est à un prix raisonnable pour les nouveaux entrants, d’ailleurs, ce n’est pas difficile, c’est le même chez les trois opérateurs, à l’euro près (comment ça, il n’y a pas entente ?).

    Je suis presque décidé à passer à l’acte dans l’après midi même hier, lorsque je tombe sur un détail insignifiant, oh, trois fois rien : Bouygues Telecom, ni SFR d’ailleurs, ne gèrent la Messagerie Vocale Visuelle. Pour ceux qui ne connaissent pas l’iPhone, c’est simple : vos messages vocaux ne sont pas stockés sur le serveur, mais sur votre téléphone, et vous pouvez les consulter message par message, selon l’appellant. Bref, une véritable évolution dans la messagerie vocale, le genre de truc qui paraît tout con mais qui une fois adopté, devient vite indispensable.

    Au delà des applications, dont le principe n’est pas nouveau, mais le nombre disponible, il y a trois facteurs majeurs qui feront rester l’iphone dans l’histoire de la téléphonie mobile :

    • l’interface, révolutionnaire, enfin tournée vers l’utilisateur
    • la connexion à internet, rendue facile tant par l’écran que par les forfaits imposés aux opérateurs
    • la messagerie vocale visuelle.

    Tout le reste, selon moi, n’est que bonus et accessoire. Alors, me dire qu’un de ces trois arguments n’est pas disponible, ça me rend chafouin. Alors de nouveau ça me fait hésiter, et je me dis que je vais attendre décembre, qu’Orange finisse enfin par faire une offre raisonnable. Et puis l’instant d’après je me dis que ça n’est pas si grave. Ou si, finalement.

    Ce matin, encore un tour sur les forums iphone pour trouver l’argument qui me ferait pencher d’un côté ou de l’autre. Bingo, le voilà : il semble qu’orange se décide enfin à bouger, en offrant à tous ceux qui sont à moins de six mois de l’échéance un tarif raisonnable pour le renouvellement, c’est à dire calqué exactement sur les offres des concurrents ; et un forfait "édition spéciale" que je ne connaissais pas : le même que Bouygues Telecom, 2h d’appels avec sms, mms et tv en illimité, pour quasiment le même prix. (non non, y’a pas d’entente, on vous dit !!).

    Je sors donc de chez Orange, et me voilà donc en possession d’un iPhone 3Gs. Le dernier de la boutique, et apparemment sur Paris.

  • Vos commentaires

    • Le 03/07/09, Egotik En réponse à : Il suffisait d’un rien

      Maaiiis !!!

    • Le 04/07/09, ydikoi En réponse à : Il suffisait d’un rien

      Oui mais encore ?

    • Le 06/07/09, Guillaume En réponse à : Il suffisait d’un rien

      C’est vrai que pour avoir vu une ou deux fois (On se voit rarement !) la messagerie visuelle, c’est effectivement une vraie évolution. J’eusse aimé l’avoir depuis longtemps sur mes téléphones, d’autant que techniquement, c’est que dalle à mettre en place. Mais bon...

      Alors, je te comprends...

    • Le 06/07/09, Twiga En réponse à : Il suffisait d’un rien

      Super ! Alors, raconte, tu en a reçu des SMS ? Oui... cool. C’est juste dommage que tu n’aies pas lu ça sur les forums...

    • Le 07/07/09, ydikoi En réponse à : Il suffisait d’un rien

    • Le 07/07/09, ydikoi En réponse à : Il suffisait d’un rien

      sisi je l’avais lu … mais bon, ça existait même avec l’iPhone génération 1 …

    1er juillet 2009

  • [blog] Comment faire de bons pirates

    Hadopi 2 va bientôt arriver au parlement, avec des fonctions de plus en plus proches de l’expérimentation faite avec la sécurité routière, comme, par exemple, le système de l’ordonnance pénale … Avouez que si ça passe, ça promet d’être drôle, cette nouvelle version de pays libre dans lequel on est d’abord condamné avant de pouvoir défendre ses droits, non ?

    Bref, là n’est pas le sujet, directement … c’est surtout qu’il va falloir qu’ils trouvent maintenant de quoi alimenter la machine qu’ils mettent en place, même si le système est déjà bien au point.

    Prenez une série de télévision. Une série dans laquelle vous serez tombé par hasard, ou parce qu’on vous en aura parlé. Et vous y prenez goût, lentement, même si elle passe à un horaire bizarre (5h l’après midi, ou entre 1h et 2h le vendredi soir, selon les semaines …), parce que vous avez un magnétoscope, même moderne, qui vous permet de les visionner tranquillement ensuite.

    Et puis, un jour, brutalement, vous découvrez à la place de l’enregistrement prévu un programme quelconque : pour la série qui passait l’après midi, une autre série américaine ; pour celle de la nuit, des rediffusions aléatoires. Tout ça sans que la chaîne concernée ait diffusé l’intégralité de la saison … frustrant, non ?

    Pourquoi ? Oh, sûrement une raison simple : dans un cas, il ne reste que quatre épisodes, pas de quoi remplir une semaine de diffusion, et les programmes d’été sont en place. Il ne vous reste donc plus qu’à attendre une dizaine de mois, que la chaîne, dans sa grande bonté, rediffuse l’intégralité de la saison, avec deux ou trois ans de retard (c’est que ça met du temps à traverser l’atlantique, ces choses là). Dans l’autre cas, oubliez l’explication, il n’y en a pas. Non, aucune raison, la chaîne a juste modifié ses programmes, et il n’y a pas d’infos sur son site internet.

    Deuxième exemple. Prenez un bon film, primé aux Oscar, que vous avez envie de voir après avoir vu une belle émission sur le sujet. Le film étant sorti il y a plus de trois mois en France maintenant, vous vous dirigez naturellement à la FNAC la plus proche pour le trouver … Patatras, il ne sera disponible à la vente que dans … trois mois !

    Là, c’est un peu plus subtil.

    J’en ai longuement parlé l’été dernier, tout en regardant le cul des les MNS, avec un camarade d’une bombasse qui passait ses vacances avec nous. Il bosse chez un de ces mammouths dont le métier est de distribuer des films, et lui, justement, est respondable des DVD, ou un truc comme ça. Et il m’expliquait qu’il avait besoin de ces 6/8 mois pour sortir un DVD pour, en gros, être sûr que la traduction du film soit nickel, sélectionner les boni, faire les jaquettes et les livrets, et faire fabriquer tout ça.

    Evidemment, sur la traduction, il avait tout faux, il l’a vite reconnu : que ce soit de la VF ou de la VOST, elle est déjà présente à la sortie en salle.
    Il a reconnu n’avoir aucune statistique disponible sur l’importance des boni et jaquettes sur l’achat des DVD, donc ne pas savoir si un film, disponible immédiatement avec en jaquette l’affiche du film, sans livret ni boni, ferait ou non un flop.
    Ce qui est sûr par contre, c’est que lui même n’attend pas que ses confrères aient fait leur boulot pour acheter, c’est un gros énorme téléchargeur.
    Et ce qui est sûr également, c’est que tout cela, les livrets, jaquettes, boni permettent à ces mammouths de vendre beaucoup plus cher les DVD.

    Il a bien compris que des utilisateurs dans mon genre n’ont rien à faire de tous ces gadgets, qu’ils veulent le film et juste le film, mais il m’a explicitement dit qu’il était hors de question que jamais ils satisfassent notre demande, que cela était impensable. Effectivement, en faisant passer le prix de vente de presque 20€ à une dizaine, le modèle économique soufrirait.

    Ainsi donc, voilà pourquoi je ne peux pas avoir chez moi le splendide Harvey Milk alors que j’ai envie de le regarder.
    Je suis prêt à le louer, mais il n’y a pas de plate-forme de location de film en streaming.
    Je suis prêt à l’acheter, en support DVD ou bien sur le net en téléchargement, mais voilà, l’un comme l’autre ne sont pas disponibles, parce que les mammouths ont décidé de faire de la vente forcée leur modèle de rentabilité économique.

    Alors oui, je l’ai trouvé sur le net, je l’ai téléchargé, regardé, beaucoup aimé,et j’ai même décidé qu’il ferait partie de ma collection de DVD.
    J’attendrai juste qu’il sorte en promotion, avec un prix sous les dix euros, c’est à dire sans livret, ni boni.

    C’est qu’à force de me faire tondre, voyez vous, j’ai plus beaucoup de poils moi. Et j’ai développé une (grosse) allergie.

  • Vos commentaires

    • Le 06/07/09 En réponse à : Comment faire de bons pirates

      le réglementation actuelle (pour protéger le et les cinoches) impose un délai variant de 6 mois à un an pour les sorties DVD, et ce afin de permettre aux films de vivre en salle.
      D’où j’en conclus que plus la sortie est rapide, plus le film est, comment dire, moyen ?

blog | photo | web | Suivre la vie du site RSS 2.0