Accueil > blog > François Ier

[blog] François Ier

jeudi 14 mars 2013

L’Église, très influente dans le pays, a fait de la lutte contre ce projet de loi son cheval de bataille. Pendant les messes dimanche dernier, les prêtres catholiques et évangélistes ont défendu avec passion le mariage hétérosexuel. Dans les rues, les manifestations anti-mariage gay se sont multipliées ces dernières semaines. La pression s’est amplifiée, au point de faire perdre son sang-froid à Cristina Kirchner. "L’Église vit encore à l’époque des croisades", a-t-elle lâché la semaine dernière, dans un accès de colère.

"L’Église a mené une campagne extrêmement violente contre cette loi, confirme à france24.com Marine de la Moisonnière, journaliste française installée à Buenos Aires. Beaucoup d’Argentins ont été choqués. Le cardinal de Buenos Aires, Jorge Bergoglio, a par exemple qualifié l’homosexualité de ‘démon infiltré dans les âmes’", explique celle-ci.
[France24] La légalisation du mariage gay, une précieuse victoire pour Cristina Kirchner

Alors que l’Argentine se prépare à voter le 14 juillet prochain pour ou contre la légalisation du mariage homosexuels, Bergoglio est parti en croisade : "Ne soyons pas naïfs : il ne s’agit pas d’un simple combat politique. C’est le projet de détruire le plan de Dieu (...) Une movida du père du mensonge qui entend embrouiller et tromper les enfants de Dieu". Pas moins !
[Golias] ARGENTINE : La croisade du cardinal Bergoglio contre le mariage gay

 [1]

En septembre dernier, quand le gouvernement régional de la Ville de Buenos Aires, avait dépénalisé un tant soit peu l’avortement [pour les cas de viol], l’archevêque avait qualifié cette mesure de “lamentable” : “L’on avance délibérément, avait-il écrit dans un communiqué, vers la limitation et l’élimination de la valeur suprême de la vie, au mépris de l’enfant à naître
[Courrier International] Un pape réactionnaire ?

Notes

[1edit 3/8/13 : lire aussi :

What happened over gay marriage in Argentina is illuminating. Bergoglio’s traditionalist position was condemned by President Cristina Kirchner as “medieval” but it was considerably more subtle. Initially angry, one close friend told me, at the shocking things religious conservatives were saying, linking homosexuality with paedophilia, he kept out of the debate. Behind the scenes he went to the Argentinian bishops’ conference and suggested the church should offer to back same-sex civil unions in an attempt to get the gay marriage law ditched. He persuaded a prominent evangelical MP to make the same proposal in parliament.

What followed illustrated another unappreciated truth about the new Pope – his extreme political craftiness. (This had caused a bitter split in the Argentinian Jesuits when he was their leader, but that is a different part of the story.) Knowing that hard-line conservatives were complaining about him to Rome, he embarked upon a dangerous tactic. A month before the parliament was due to vote he wrote a letter about gay marriage, taking the orthodox line and using vivid language, to a closed order of Carmelite nuns, asking them to pray for the right outcome in the vote. He called the plan a plot by the devil.

One of his closest aides, Father Guillermo Marcó, told me that Bergoglio assumed that a closed order would not make the contents public, “but that he could send a copy of it to Rome to show he was doing what was required”. The strategy backfired when the letter was published. Bergoglio then lost the vote among the bishops to back civil unions and parliament passed the gay marriage law. It was the only time in more than a decade that Bergoglio was unable to broker consensus.

Vos commentaires

  • Le 14/03/13, Guillaume En réponse à : François Ier

    Hello,

    Pas encourageant !

    Je t’en ai piqué un bout, avec les copyrights, bien entendu, que tu devrais voir arriver dans tes referers, j’espère !

    ++

blog | photo | web | Suivre la vie du site RSS 2.0