Accueil > blog > Je suis un pirate

[blog] Je suis un pirate

mercredi 11 mars 2009

« Je prends le parti des pirates.
Ils sont, nous sommes, des millions, en France, chaque jour à échanger des oeuvres : des tubes, des films à la mode, mais aussi des films et des disques rares, introuvables, des œuvres oubliées ou « tombées » dans le domaine public.

Ces pratiques sont là pour durer. Elles sont inscrites dans la révolution numérique.
Les tentatives d’interdire les échanges sur Internet - par l’intimidation ou par le filtrage - sont vaines.
Leur coût en termes de libertés publiques est inacceptable.
Cantonnées dans la clandestinité, ces pratiques de partage ne donnent pas, il est vrai, le meilleur d’elles-mêmes.
C’est au grand jour qu’elles révéleront toutes leurs potentialités.

Il est grand temps de reconnaître ces pratiques. De cesser cette guerre contre le public et la jeunesse.
En attendant ce jour, je prends le parti des pirates.

Je déclare que je suis l’un d’entre-eux.
Je déclare avoir consommé, remixé ou diffusé des œuvres culturelles.
Alors, pour eux je suis un pirate.

Je déclare que je suis l’un d’entre-eux.
Je déclare avoir consommé, remixé ou diffusé des œuvres culturelles.
Alors, pour eux je suis un pirate.
 »

Les membres fondateurs de cette action sont : Olivier Maurel (manager des innovations sociales chez Danone et incubateur de start-ups), Mikiane (cofondateur de Rue89, directeur du studio multimédia de France 24), Nicolas Voisin (PDG de 22 mars SAS, créateur de Politicshow, lesdemocrates.net…), Damien Douani (marketeur digital, économiste, évangéliste 2.0, membre de ReadWriteWeb France), Benoît Thieulin (fondateur de la NetScouade, spécialiste du web politique), Maurice Ronai (chercheur en sciences sociales, auteur de documentaires et co-auteur du rapport Rocard sur la République 2.0), Fabrice Epelboin (consultant, créateur de start-ups et membre de ReadWriteWeb France), et Guillaume Champeau (fondateur de Numerama.com).


Hadopi, en trois mots :

  • Le projet de loi Hadopi ne condamne pas, « contrairement à ce que l’on pourrait penser, la violation des droits de propriété intellectuelle, mais [le] "manquement à une obligation de surveillance ». Diner’s room : le projet de loi Hadopi et Et si Hadopi ne servait à rien

Vos commentaires

  • Le 13/03/09, France En réponse à : Je suis un pirate

    Avec un bandeau sur l’oeil et tout ? Argh ! j’adooore !
     ;o)) J’approuve, même si je comprends pas tout de quoi ça cause. Je suis une piratesse, moi.

  • Le 13/03/09, ydikoi En réponse à : Je suis un pirate

    Oh, en gros, c’est tout simple, cette loi.

    Elle propose qu’on installe un mouchard sur ton ordinateur pour contrôler ce que tu charges dessus.

    Facile à comprendre, tellement qu’on comprend pourquoi ils communiquent pas trop dessus :-((

blog | photo | web | Suivre la vie du site RSS 2.0