Accueil > blog

Articles de cette rubrique

    28 juillet 2008

  • [blog] Dieu lui-même ne pourrait pas couler ce paquebot

    Il est des assertions qu’il vaut mieux ne jamais proférer.

    Personne ne sait exactement qui l’a dit, le fait est que la presse a bien relayé cette phrase en 1912 : « Dieu lui-même ne pourrait pas couler ce paquebot » … On connait la suite de l’histoire, terminée à peine quelques mois plus tard.

    Il y a près de 3 ans, je décidais aussi que mon titanic à moi ne pourrait pas couler. J’ouvrais un blog, sous un nom d’emprunt, je parlais parfois - mais si peu - d’évènements reconnaissables par des membres de ma famille … j’étais forcément tranquille. Forcément. Jamais ils ne me découvriraient, jamais ils ne verraient le vrai visage de ce machin.

    Bien sûr.

    Jusqu’à ce week-end … 

    En (petites) vacances chez PapadYkoi et MamandYkoi, il a fallu que j’utilise l’ordinateur familial pour regarder mes mails. J’ai bien appris ma leçon, j’ai effacé l’historique à la fin. Normal, quoi.

    Ce qui l’était moins, c’était, dans l’historique, un dossier au nom de mon ancien blog, avec quelques pages consultées … pas suffisamment pour me reconnaître, si c’était les premières, mais quand même … j’ai effacé le dossier, espérant que ça serait suffisant. Et dans le doute, fermé le site.

    Ce matin, profitant de l’absence de PapadYkoi, j’ai de nouveau regardé son ordinateur pour vérifier l’état de son historique … qui contenait de nouveau un dossier, avec une dizaine de pages qu’il avait essayé de consulter, via une recherche google apparemment.

    La messe est donc dite, on efface et on recommence.
    Dommage pour le public (waow, la classe, quand même ;-) ) qui avait pris l’habitude de me lire. Il avait fini par être un tantinet conséquent, je préviendrai les quelques que j’avais pu identifier …

    Trois ans après, une renaissance en quelques sortes … Bienvenue à tous.

  • Vos commentaires

    29 juillet 2008

  • [blog] To come or not to come ?

    J’ai depuis longtemps comme principe de ne rien dire de ma vie privée, intime, à ma famille tant que mes parents seraient en vie.
    Ils sont arrivés à une période de leur vie où ils ont le droit d’en profiter un minimum, après avoir passé 40 ans à élever des enfants et s’inquiéter pour eux, sans qu’on en rajoute.
    Je sais également que même si mes parents ne me rejetteraient pas, feraient attention à ne rien montrer face à moi, ce n’est pas pour autant qu’ils arriveraient à surpasser intimement leur dégoût, leur incompréhension et leurs principes ; un coming-out ne me permettrait pas pour autant de venir chez eux avec mon amant.
    Il y a quelques années maintenant que j’ai décidé de ne rien leur dire ; ne rien leur cacher non plus, s’ils venaient à poser des questions, mais ne pas aborder le sujet en premier, tout en étant confiant que cela risquait peu d’arriver vu l’absence de discussion de sujets intimes dans notre tradition familiale.

    Lorsque j’ai découvert que PapadYkoi commençait à lire mon ancien blog, je me suis évidemment demandé comment il fallait que je réagisse.

    Première option : je n’ai rien dit, c’est lui qui l’a trouvé tout seul comme un grand, il finira bien par comprendre qu’il s’agit de son fiston, et que son fiston est homo. Il finira bien par m’en parler. Ou pas.
    Après tout, tenir un blog, c’est s’exposer, prendre des risques, consciemment ou non je savais que ce genre d’imprévu allait finir par arriver, il faut donc que j’assume. Et puis, après tout, c’est l’occasion rêvée de provoquer la discussion.

    Mais quand j’ai ouvert mon blog, en 2005, qui faisait la suite de mon site perso (hmmm … 1998 ?), je savais que j’étais tranquille, ma famille est nulle en informatique, et la recherche sur internet … je n’en parle même pas. Quant à croiser la route d’un de mes lecteurs, et que le lien soit fait … le risque était somme toutes vraiment infime.
    Je n’ai pas ouvert de blog pour aller à la confrontation, ni pour que PapadYkoi et MamandYkoi apprennent à connaître un fils dont, au mieux ils ignorent beaucoup si ce n’est le principal, au pire qu’ils ne comprennent pas. J’avais des choses à dire, que je ne lis pas forcément ailleurs, le besoin de gueuler parfois, aussi, et un petit côté exhibitionniste qu’il fallait bien satisfaire, quand même |-)


    Quand j’ai vu l’historique de navigation de PapadYkoi, j’ai hésité un instant, le temps d’un coup de téléphone, pour prendre l’avis d’une personne proche. J’ai à peine été fébrile pendant ces quelques instants, du style « Ayé … le grand moment est arrivé ». J’étais prêt, je savais quoi dire, comment le dire, le plus tranquillement et le plus naturellement du monde.
    Pour la première fois, ce n’était plus une possibilité intellectuelle, juste une réalité, à plus ou moins brève échéance.

    Et puis, parce que j’étais prêt, parce que je savais que moi je m’en sortirais bien, mais que PapadYkoi resterait avec les regrets de sa vie, son inquiétude, pour ses enfants, face à la vieillesse, la maladie et la mort ; parce que je savais que même s’il m’en parlait, il garderait ça pour lui, sans en parler à MamandYkoi ; j’ai décidé de fermer le blog, et de bouger mes fesses de là.

    Le jeu n’en valait pas la chandelle.

  • Vos commentaires

    • Le 25/08/08, Guillaume En réponse à : To come or not to come ?

      Et la marge, elle doit rester à l’appréciation de la personne qui s’en sert... Comme en conduite ! Donc, Ydikoi et machin, i’font ce qu’ils veulent et pensent être le mieux pour eux (Certes), mais aussi pour les autres ! Tout le monde n’est pas capable (malheureusement) d’entendre la dure vérité de la différence ! Famille, amis ou simples relations...

      répondre ︎⏎

    • Le 22/08/08, Ydikoi En réponse à : To come or not to come ?

      Non, tous ne sont pas au courant, loin de là. De ce que je sais, personne même. De ce que je pense, peut être une personne.

      Ca laisse de la marge.

      répondre ︎⏎

    • Le 22/08/08, dcd En réponse à : To come or not to come ?

      et pourquoi « ydipastout » le messieurs ;-)
      Plutôt que de courir les blogs pour fuir une vérité ou si je peu me permettre une « contre-vérité »
      Une vérité qu’il sait être en lui, être tout simplement lui même et enfin accepter se qu’il est au regard des autres ( sa famille )

      Me souvient d’une discutions avec un « certain » « machin » lors des assises de la ffmc de cet année, ou il me disait :
      « sa ne sert a rien les papiers, mais se qui compte se sont les actes, que chacun produit, et ainsi TOUT le monde avancent sur le même chemins, quelque soit les différences que nous avons l’un envers l’autre, le but doit être commun pour servir les idéaux que nos ainée on laisser il y a de cela + de 25 ans » etc... ( petite synthèse de notre discutions ;-) )

      Je me pose la question de savoir pourquoi le « messieurs » ydikoi , il n’ose pas parler de cet vérité que je pense au vu de ses explications , tous sont au courant ou doivent sans douter , NON ????

      répondre ︎⏎

    30 juillet 2008

  • [blog] Y disent quoi - 29/07/08

    :o) Tous des cons

    Quand je lui ai demandé si ça changeait beaucoup, le pays, depuis sa jeunesse, la politique, les présidents, la république, tout ça, il a levé les yeux au ciel et il m’a dit :
    - Je vous rassure, de mon temps, ils étaient tous aussi cons, mais nous, on avait de la chance, on n’avait pas la télé pour s’en rendre compte aussi vite.
    Ron l’infirmier : vie quotidienne

     

    B-) On ne peut pas tout légiférer

    « On ne peut pas tout légiférer. Sinon, il faudrait aussi rendre la pharmacie de premiers soins obligatoire, comme en Allemagne. Ou alors les ampoules de rechange, comme en Espagne. »
    […]
    « Le gilet est une très bonne chose que nous encourageons. Mais il est impossible pour la police de contrôler que chaque véhicule en est équipé. Et nous sommes contre une nouvelle amende en la matière. »
    Le Matin : La Suisse refuse le gilet fluo

  • Vos commentaires

    • Le 06/08/08, Marco En réponse à : Y disent quoi - 29/07/08

      « Le gilet est une très bonne chose que nous encourageons. Mais il est impossible pour la police de contrôler que chaque véhicule en est équipé. Et nous sommes contre une nouvelle amende en la matière. »

      En fait, la police suisse est de mauvaise volonté. Elle consacre son temps à pourchasser les blanchisseurs d’argent sale et les immigrés. C’est pas en France qu’on verrait ça. Y zont du temps, nos flics, pour les choses essentielles. Et paf !

      répondre ︎⏎

    1er août 2008

  • [blog] Allo docteur Spock ?

    Il y a trois choses qui m’ont toujours fasciné dans Star Trek, trois inventions tellement évidentes que je n’ai jamais compris pourquoi on ne les avait pas encore inventées :

    D’abord, l’anti-gravité qui permettait aux vaisseaux spatiaux de décoller sans effort des planètes, et son corollaire, la gravité artificielle qui permet de vivre normalement dans l’espace. C’est tellement évident, pourtant.

    Et puis, il y a aussi le téléporteur. Ca, pour une idée tout bête … Nous qui ne sommes faits que de molécules, hop, on nous met dans un grand four micro ondes qui nous agite les atomes, on se retrouve envoyé à pétaouchnok, dans l’autre four à micro-ondes qu’on visait justement (ça tombe bien), et hop, on a parcouru quelques années lumières … lumineux !

    Et la troisième … ah celle là, encore plus qu’évidente, c’est elle qui m’a fait rêver pendant de nombreuses années, la vraie marque d’évolution de la société post-terrienne qui, plus encore que la cohabitation entre toutes les races inter-stellaires, montrait que nous allions vers un futur sans nul doute meilleur : la médecine.

    source : spock sur startrek.com

    J’ai encore en tête un épisode de la série originale où Spock, notamment, infiltre une planète encore arrièrée - pfffff, les pauvres, ils n’en étaient qu’au XXIe siècle, les sauvages ! - et tombe sur un hopital où les patients sont soignés à coups de bistouris et solutions médicamenteuse. “Quelle barbarie que cette société ! ” s’exclamait alors le bon vulcain, qui d’un coup de main discret soignait les patients qui le touchaient le plus, d’un coup de tricordeur multi-fonctions … la classe !

    Je sais, ce n’est pas le rôle de Spock, mais celui de Mc Coy, la médecine, et pourtant, là je suis formel, c’est bien Spock qui soigne, dans cet épisode là. C’est donc forcément lui que je garde en mémoire comme soignant, preuve encore que la médecine a fait des progrès considérables que n’importe quel vulcain venu est capable de soigner les infections banales des pauvres terriens que nous sommes.

    Tiens, regardez aujourd’hui … je me tape une méga conjonctivite (quelle idée) virale de surcroît (je n’ai été fourrer ma tête nulle part, non mais !). Mon ophtalmo, en plus de me soulager de 80€ pour un si simple diagnostic, m’a donné quatre collyres et un antibiotique, chacun devant être appliqué à un intervalle d’1/4 heure avec le précédent, quatre fois par jour.

    Non seulement chaque soin me prend donc une heure entière, mais c’est en plus un vrai combat, puisque je dois glisser dans un œil boursouflé et refermé des gouttes dont l’œil ne veut pas : déjà il faut viser entre les cils, allez faire ça quand vous n’avez plus que 3mm entre la paupière supérieure et l’inférieure, hein !
    Ensuite, il faut faire tomber une goutte sur l’œil, qui est programmé - Dame Nature est trop bonne - pour réagir immédiatement à toute agression extérieure - sauf une conjonctivite, évidemment - en pleurant et en clignant abondamment … 
    Mais en plus, m’a dit mon cher (non, je n’ai aucune affection pour lui) ophtalmo, j’en ai au moins pour 5 jours avant que les enfants des touristes n’arrêtent de me regarder comme si j’était un monstre dans la rue.

    Alors qu’avec le Dr Spock … je n’aurais qu’à lui présenter mon oeil, il mettrait un genoux en terre (je ne sais pas pourquoi, il a forcément un genoux à terre quand il s’occupe d’un malade dans mon imaginaire), utiliserait la fonction diagnostic du tricordeur pour voir que j’ai une conjonctivite (bon ça, j’aurais pu lui dire, mais ça collerait pas dans le scénario), puis appuyerait sur le bouton qui va bien, et hop, tuerait le virus dans l’œuf dans l’œil en moins de temps qu’il ne faut pour le filmer … Ah, la classe, vraiment, trop trop chouette !

    Ahhh, quel est le couillon qui n’a pas encore inventé cette médecine là ??

  • Vos commentaires

    • Le 21/06/13, ydikoi En réponse à : Allo docteur Spock ?

      pourquoi tu dis ça ? Tu as peur de me voir avec une tête de franckestein ? ;)

      répondre ︎⏎

    • Le 20/06/13, Paumé En réponse à : Allo docteur Spock ?

      On va peut être décaler notre dîner ..

      répondre ︎⏎

    • Le 05/08/08, Marco En réponse à : Allo docteur Spock ?

      Oui, alors, Travis, très beau mec, c’est vrai. Même dans mes rêves les plus fous, je n’ose pas espérer avoir un tel charme.

      Mais question plastique, disons que Jolène Blalock, Linda Park ou Jeri Ryan (mmm !!!) me conviendraient assez. Même pour des cagoles ;0)...

      répondre ︎⏎

    • Le 04/08/08, France En réponse à : Allo docteur Spock ?

      Arf ! Les cagoles intergalactiques, j’adore... J’avais un faible très prononcé pour Spock. Je sais plus pourquoi mais il me faisait kiffer. Peut-être les costumes moulants ou la taille du... des oreilles. Bref. Un bon souvenir, cette série. Les décors, la musique, tout. La téléportation, effectivement, c’était cool aussi. On délirait avec ça dans les cours de récré... On retrouve ça dans Harry Potter où ça transplane, là. Si ça se généralisait, ça me ferait un peu perdre mon boulot, mais ça réglerait nos problèmes actuels, quand même. Alexander Siddig, hum, effectivement... Cela dit, s’il est encore en vie, il serait peut-être d’accord pour un viol, faut voir, hein ? Une dernière occasion, dès fois, ça se refuse pas. Oui, je sors, d’accord. Mais c’est vous qui avez commencé. Si.
       ;o)

      répondre ︎⏎

    • Le 03/08/08, Ydikoi En réponse à : Allo docteur Spock ?

      Marco, la conjonctivite ne rend ni aveugle, ni ne fait baisser le niveau d’hormones ;-)

      répondre ︎⏎

    • Le 03/08/08, Marco En réponse à : Allo docteur Spock ?

      Okay, c’est bon. Là je suis largué. Mes investigations ne sont pas allées aussi loin dans l’analyse de ces séries ;0)

      Ca a l’air d’aller mieux ta conjonctivite, on dirait...

      répondre ︎⏎

    • Le 03/08/08, Ydikoi En réponse à : Allo docteur Spock ?

      @Marco : j’avoue, Deep Space est la dernière à avoir été plutôt bien diffusée, donc j’ai peu vu les derniers.

      Mais si tu insistes, pour en avoir vu quelques épisode, plutôt que Tuvok que je n’aime pas trop, je préfèrerait Tom Paris pour Voyager, ou alors ’Trip’ Tucker pour Entreprise, dans la série « bogosse blond au yeux bleus » :)

      Mais encore mieux - et même mieux que le Dr Bashir, c’est dire ! -, rien ne vaut l’enseigne Travis : une gueule de mec-mec, un sourire à tomber par terre … bref, une grosse bombasse :)

      répondre ︎⏎

    • Le 03/08/08, Marco En réponse à : Allo docteur Spock ?

      Marge, dis pas des horreurs : Elles ont peut-être le regard vide (on parlait pas de leur QI, d’ailleurs, t’as dû mal comprendre ;0) et des pustules sur le visage mais boundièu le reste m’a l’air tout à fait exploitable dans le cadre de médecines douces... Je précise quand même que c’est vous qu’on préfère, n’est-ce pas ? Vous êtes moins loin, déjà, ça compte !

      Et toi, Ydik’, t’es resté à la première série ou pas loin, on dirait. Mais dans les dernières (sauf Deep Space Nine qui est nullarde à souhait), y a plein de mecs que je t’invite à considérer avec attention. En particulier, Tuvok, le grand Vulcain noir qui rigole jamais, dans Voyager. Mais bon, avec tes yeux qui jouent aux bouillons de culture, c’est normal que tu le voies pas tout ça :0\

      répondre ︎⏎

    • Le 03/08/08, Marge En réponse à : Allo docteur Spock ?

      Dis France, toi tu le prends comment d’être en compèt’ avec 2 cagoles intergalactiques, 1 avec le regard vide et des oreilles pointues et l’autre avec des pustules sur le visage ?

      répondre ︎⏎

    • Le 02/08/08, Ydikoi En réponse à : Allo docteur Spock ?

      Heureusement (pour moi), j’ai - à peine, hein :-p - exagéré pour l’histoire ;-) Donc ce n’est pas aussi hideux que ça :’-D

      Marco, y’en a d’autres, de l’autre côté de la force Patrick Stewart, un charme fantastique, ou aussi, en beaucoup plus sexe, le Dr Julian Bashir : Alexander Siddig … Raaaah, celui là, je le séduis même pas, je le viole direct ;)

      répondre ︎⏎

    2 août 2008

  • [blog] « Nous avons fait preuve d’idéalisme »

    A propos de la censure de certains sites internet - finalement partiellement relevée - pour les journalistes couvrant les JO de Pékin :

    « Le CIO n’a pas à présenter d’excuses [auprès des medias] sur quelque chose dont il n’est pas responsable. Nous avons fait preuve d’idéalisme en pensant que [l’accès illimité à internet] serait possible , alors, bien sûr, quand on est idéaliste, on peut être naïf », a reconnu le président Rogge.
    Le Monde.fr : Jacques Rogge : Nous avons fait preuve d’idéalisme

    On pourrait (naïvement, d’ailleurs) croire Jacques Rogge quand il se reconnaît naïf. C’est une excuse tout à son honneur, qui le serait tout du moins si elle était réelle.

    Sauf que lorsqu’on connaît les enjeux - économiques, géopolitiques - derrière les Jeux Olympiques, quand on sait les implications financières des jeux, non seulement pour les pays organisateurs mais également pour le C.I.O, la naïveté n’est pas un argument crédible : personne ne penserait un instant élire à la tête du CIO un homme naïf, lorsque tous - et on l’a revu et entendu la dernière fois lors de l’attribution des JO à Londres - reconnaissent que l’olympisme et sa gestion sont devenus tout, sauf naïf.

    Là où Jacques Rogge est effectivement naïf, c’est quand il nous croit suffisamment idiots pour accepter un argument aussi stupide.

|

blog | photo | web | Depuis le début | Suivre la vie du site RSS 2.0 | made with SPIP depuis 2003